Conseils RH

Congé pour enfant malade : quelles règles?

16 novembre 2021 par Alexandra Maftei - Lecture 3 min.
Congé pour enfant malade : quelles règles?

Il peut arriver qu’un salarié doive s’absenter de son travail pour s’occuper de son enfant malade ou accidenté. Pour cela, il peut solliciter deux types de congés : l’absence pour enfant malade ou le congé de présence parentale. Quelles sont donc les règles applicables dans ces deux cas de figure ? Découvrez les différents types de congés auxquelles les employés peuvent prétendre dans cette situation.

ABSENCE POUR ENFANT MALADE : CAS GÉNÉRAL

Tout salarié s’occupant d’un enfant malade ou accidenté, de moins de 16 ans et dont il assume la charge, a le droit de bénéficier d’un congé.

Il doit apporter au plus vite à l’employeur un certificat médical prouvant  la maladie ou l’accident. Le droit au congé pour enfant malade n’est soumis à aucune condition d’ancienneté.

Dans le Code du Travail, la durée de l’absence pour un enfant malade est fixée à 3 jours par an pour le cas général. Ces jours peuvent aussi être fractionnés en demi-journées. Ils sont indépendants du nombre d’enfant.

Cependant, si l’enfant a moins d’un an ou si le salarié assume la charge d’au moins 3 enfants de moins de 16 ans, la durée totale d’absence est portée à 5 jours. Toutefois, une durée plus longue de congé pour enfant malade peut être accordée par la Convention Collective dont dépend l’entreprise.

En termes de rémunération, sauf si un accord collectif le prévoit, le congé n’est pas payé. Néanmoins, en Alsace-Moselle, dans certaines conditions les salariés peuvent être rémunérés.

LONGUE MALADIE : CONGÉ DE PRÉSENCE PARENTALE

Dans le cas où l’enfant est atteint d’une maladie ou d’un handicap grave ou très contraignant, le salarié peut faire une demande de congé de présence parentale pour une durée maximale de 14 mois, sur 3 ans selon ce qui est nécessaire pour l’enfant (soit 310 jours par maladie et par enfant malade).

A savoir :
La loi qui améliore le congé parental a été publiée au Journal Officiel le 16 novembre 2021. Elle permet désormais un droit au congé de présence parentale sur 620 jours. 

Le salarié doit préciser dès le début la durée prévisible de l’absence. Si elle est supérieure à une demi-année, alors elle sera réévaluée tous les 6 mois et retransmise à l’employeur.

La demande doit être remise à l’employeur contre décharge ou envoyée par recommandé au moins 15 jours avant le début du congé et être justifiée par un certificat médical de l’enfant.

Pendant son absence, le salarié n’est pas rémunéré mais il peut s’adresser à la CAF pour percevoir une allocation journalière de présence parentale. A son retour, il doit être réintégré au même poste ou à un poste équivalent, le contrat de travail n’étant pas rompu.

Gérez les absences de vos salariés plus sereinement : contactez-nous !

Don de jours de repos

Les salariés souhaitant renoncer à leurs jours de repos au bénéfice d’un autre collègue prenant en charge un enfant malade peuvent effectuer un don. Les jours donnés ne peuvent être cédés que pour la durée excédant 24 jours ouvrables du congé annuel.

Dans ce cas, les salariés bénéficiaires, parents de l’enfant malade, ont droit au maintien de leur entière rémunération pendant l’absence.

Fin du congé et reprise du travail

Dans le cas général, à la fin du congé, le salarié doit retrouver son emploi précédent ou un emploi similaire avec une rémunération au moins équivalente.

Le salarié peut également interrompre son absence é avant son terme prévu en cas de diminution importante des ressources au sein de son foyer. Il en informe alors son employeur par lettre recommandée au moins un mois avant la date de reprise.

Dans ces deux cas, le salarié peut à nouveau bénéficier du congé de présence parentale en cas de rechute ou de récidive, ou si la gravité de la pathologie nécessite toujours une présence soutenue et des soins contraignants. Pour cela, il doit faire sa demande en respectant la même procédure que la demande d’origine.

L’interruption du congé est également possible en cas de décès de l’enfant. Le salarié en informera son employeur par lettre recommandée au moins un mois avant la date de reprise.

Une durée désormais doublée

Sur la période allant de 2013 à 2020, on a répertorié une augmentation de 70% des salariés ayant recours au dispositif, mais un certain nombre de parents épuisent le crédit de 310 jours avant la fin des 3 ans (notamment en cas de cancer pédiatrique).

C’est pour cela qu’il a été décidé de permettre un droit au congé de présence parentale de 620 jours. Cette loi a été publiée au Journal Officiel le 16 novembre 2021.

Il sera ainsi possible de renouveler le congé et l’indemnisation au titre de la même maladie (ou même handicap ou accident) lorsque le plafond de 310 jours est atteint sur les 3 ans, sans atteindre la fin du terme initialement fixé (soit avant la fin de la troisième année).

Pour en bénéficier, un nouveau certificat doit être établi par le médecin qui suit l’enfant afin d’attester du caractère indispensable de la présence soutenue au regard du traitement de la pathologie ou du besoin d’accompagnement de l’enfant. Ce certificat doit également être confirmé par un accord explicite du service du contrôle médical de la CPAM afin d’éviter l’automaticité du renouvellement. Le délai précisant le délai de réponse accordé à ce service reste encore à définir par décret.

Tags:

Sur le même sujet

CDD d'usage
Conseils RH
Un CDD unique pour remplacer plusieurs salariés 25 novembre 2022

Depuis septembre 2018, la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel permettait, à titre expérimental, d’avoir recours à un seul CDD de remplacement pour plusieurs salariés. Le recours à un tel contrat n’est possible que pour des cas précis listés par le Code du Travail. Pourquoi recourir au CDD de remplacement ? Par définition, […]

Rupture conventionnelle
Conseils RH
Rupture conventionnelle : tout ce qu’il faut savoir 23 novembre 2022

Il est possible pour un employeur ou son salarié de mettre fin à un contrat à durée indéterminée en s’engageant dans une procédure amiable : la rupture conventionnelle. Cette procédure ne constitue ni un licenciement, ni une démission. Il s’agît d’un mode de départ qui permet à l’employeur de rompre le contrat de travail d’un […]

travailleur handicapé
Conseils RH
Embauche d’un travailleur handicapé : obligations d’emploi et aides accordées 14 novembre 2022

L’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) a pour mission de favoriser l’insertion et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises. Voici la marche à suivre pour recruter un travailleur handicapé, la procédure d’embauche ainsi que les aides proposées (dont certaines ont été revalorisées au 1er septembre 2022).  Découvrez […]

FacebookTwitterLinkedInEmail