Paie pratique

Commerce de gros : exemple de fiche de paye 2022

18 novembre 2022 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 4 min.
Commerce de gros - exemple fiche de paye 20212

La convention collective du Commerce de Gros (IDCC 573 – Brochure 3044) couvre des activités commerciales dans des domaines aussi variés que l’agroalimentaire, l’électronique, les biens de consommations pour les entreprises ou les particuliers.

Voici un exemple de fiche de paye 2022 d’un commercial appartenant à cette convention collective :

fiche de paie commerce de gros 2022

ENTÊTE FICHE DE PAIE COMMERCE DE GROS

Comme pour toutes les conventions collectives et comme prévu par la loi, en tête de la fiche de paye sont indiqués :

  • Identité de l’employeur
  • Période de paiement du salaire
  • Identité du salarié
  • Date d’entrée et date d’ancienneté du salarié.

La date de paiement du salaire est aussi une mention obligatoire, à retrouver en bas du bulletin, tout comme le mode de réglement (dans ce cas, par virement).

Pour notre salarié, on peut noter son emploi de commercial, sa qualification (statut) employé et sa classification Niveau III, Echelon 1. On remarquera aussi l’absence de coefficient propre à la convention collective du commerce de gros.

La classification Niveau III comporte 3 échelons (E1, E2 et E3).  Ces éléments déterminent le salaire minima en dessous duquel le salarié ne peut pas être payé.

SALAIRE MINIMA COMMERCE DE GROS 2022

Les salaires minima du commerce de gros sont déterminés par mois sur la base de 35 heures hebdomadaires (151,67 heures/mois).

Niveau Échelon Salaire minimal au
1er janvier 2022*
Salaire minimal au
1er octobre 2022**
I 1 1 604,20 € 1 679,60 €
2 1 613,83 € 1 689,67 €
3 1 623,51 € 1 699,81 €
II 1 1 633,25 € 1 710,01 €
2 1 643,05 € 1 720,27 €
3 1 652,91 € 1 730,59 €
III 1 1 662,83 € 1 740,98 €
2 1 672,80 € 1 751,42 €
3 1 682,84 € 1 761,93 €
IV 1 1 692,94 € 1 772,50 €
2 1 703,10 € 1 783,14 €
3 1 713,31 € 1 793,84 €
V 1 1 720,36 € 1 801,22 €
2 1 784,88 € 1 868,76 €
3 1 851,81 € 1 938,84 €
VI 1 1 921,25 € 2 011,55 €
2 1 993,30 € 2 086,98 €
3 2 068,05 € 2 165,24 €
VII 1 26 784,88 € 27 909,84 €
2 28 124,12 € 29 305,34 €
3 29 530,33 € 30 770,60 €
VIII 1 34 175,45 € 35 610,82 €
2 37 592,99 € 39 171,90 €
3 41 352,29 € 43 089,09 €
IX 1 45 487,52 € 47 398,00 €
2 50 036,28 € 52 137,80 €
X 1 57 541,72 € 59 958,47 €
2 69 050,06 € 71 950,17 €

*Accord du 12 janvier 2022 étendu par arrêté du 23 mai 2022, JO du 3 juin 2022
**Accord du 19 septembre 2022 (non-étendu) applicable à compter du 1er octobre 2022 pour les adhérents

Pour les niveaux de I à VI de la grille ci-dessus, les salaires minima sont appréciés mensuellement pour 151,67 heures. Pour les niveaux de VII à X, la grille des salaires minima conventionnels s’apprécie au 31 décembre en comparant le montant total des salaires bruts perçus par le salarié sur l’année avec le minimum annuel conventionnel correspondant à son niveau et échelon.

Pour rappel, le SMIC horaire est porté à 11,07 € au 1er août 2022, soit 1 678,95 € mensuels sur la base de la durée légale du travail. Avec la parution du dernier accord sur les salaires, les minima conventionnels pour les premiers échelons de la grille ne sont plus inférieurs au SMIC. Cependant, les entreprises non-adhérentes, qui appliquent toujours la grille des salaires fixée en début d’année, devront payer ces salariés au moins au niveau du SMIC.

Pour notre salarié niveau III échelon 1 le salaire de base est de 2 300 € pour 151,67 heures (correspondant à un contrat à 35h hebdomadaires). Ce salaire est bien supérieur au minimum conventionnel correspondant à son niveau et échelon.

PRIME D’ANCIENNETÉ COMMERCE DE GROS

La convention collective du commerce de gros  prévoit  une majoration de salaire en fonction de l’ancienneté dans l’entreprise. Le barème est le suivant :


Ancienneté dans l’entreprise Majoration
4 ans 5 %
8 ans 9 %
12 ans 13 %
16 ans 17 %

 

Ici, notre employé a moins d’un an d’ancienneté, étant entré au 1er mai 2021. Il n’a donc pas droit à la prime d’ancienneté conventionnelle.

MAJORATION DIMANCHE ET JOURS FÉRIÉS

Dans la Convention collective Commerce de Gros tous les jours fériés légaux sont chômés et payés.

Si le travail le dimanche et jours fériés est habituel (prévu dans le contrat de travail ou les accords d’entreprise), la majoration de salaire de 10 % du taux horaire et de 15 % dans le secteur des surgelés.

Si le travail le dimanche et jours fériés est exceptionnel  (non prévu  dans le contrat de travail ou les accords d’entreprise)  la majoration de salaire s’élève à  100 % ou le salarié bénéficie d’un repos compensateur d’une journée.

PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE SUR LA FICHE DE PAIE

Depuis 2019, la présentation du bulletin de paie intègre aussi les mentions obligatoires concernant le prélèvement à la source :

  • l’assiette (base de calcul) : 1 881,63 €
  • le taux d’imposition : dans le cas de notre salarié, un taux personnalisé (0%)
  • le montant de l’impôt prélevé à la source : 0 €
  • le salaire net à payer avant impôt : 1 815,68 €.

De plus, la nouvelle fiche de paie 2022 doit contenir également une rubrique des cumuls annuels des montants de prélèvement à la source, du net imposable et du net des heures complémentaires et supplémentaires exonérées, à remarquer en bas du corps du bulletin.

Sur le même sujet

Télétravail : prise en charge des frais professionnels
Paie pratique
Télétravail : prise en charge des frais professionnels 7 février 2023

Tout comme lorsqu’il est présent sur son lieu de travail, un salarié placé en télétravail engendre des frais pour l’employeur. La nature de ses frais peut concerner l’achat de matériel, l’aménagement d’un poste, l’utilisation de consommables, etc… Ces coûts peuvent être pris en charge au titre des frais professionnels. Le Bulletin officiel de la Sécurité […]

Mi-temps thérapeutique : l'essentiel à savoir
Paie pratique
Mi-temps thérapeutique : l’essentiel à savoir 2 février 2023

Un salarié victime d’accident ou en arrêt maladie peut envisager de reprendre progressivement son activité professionnelle. Il peut alors, d’un commun accord avec son employeur, reprendre le travail à mi-temps temporairement. On parle alors de mi-temps thérapeutique. La déclaration de ces mi-temps thérapeutiques devait initialement entrer en application en septembre 2022, pour finalement être reportée. […]

Coronavirus : arrêt de travail sous conditions
Paie pratique
Coronavirus : arrêt de travail sous conditions 30 janvier 2023

Le coronavirus persiste et continue d’obliger les entreprises à redoubler de prudence. Un salarié peut alors être écarté et contraint de rester à son domicile. Dans certains cas, le salarié ne peut alors ni se rendre à son lieu de travail, ni télétravailler. Est-il alors possible de prescrire un arrêt de travail pour cause de […]

FacebookTwitterLinkedInEmail