Conseils RH

La clause d’exclusivité: les règles à respecter

27 novembre 2018 par Andreea Aflorei - Lecture 2 min.
clause d'exclusivité

La clause d’exclusivité du contrat de travail porte sur l’engagement d’un salarié qui consacre l’exclusivité de son activité à un seul employeur. Quelle en sont les règles ? Comment cette clause est-elle encadrée de point de vue juridique?

CLAUSE D’EXCLUSIVITÉ : FONCTIONNEMENT

Tout contrat de travail peut contenir un certain nombre de clauses susceptibles de limiter ou d’encadrer le champ d’action du au titre  de son activité professionnelle. Parmi les plus utilisées clauses sont celles d’exclusivité, de mobilité, de non-concurrence, de dédit-formation, etc.

Par la clause d’exclusivité, l’employé s’engage à consacrer l’exclusivité de son activité à son employeur. Plus exactement, si elle est insérée dans le contrat de travail du salarié, celui-ci n’a plus le droit d’exercer une autre activité professionnelle. Il faut la différencier de la clause de non-concurrence qui intervient après la fin de contrat.

Les contrats de travail à temps partiel ne peuvent pas contenir des clauses d’exclusivité. Pour le salarié qui entend créer ou reprendre une entreprise, l’article L1222-5 du code du travail rend inopposable cette clause.

LA RÉDACTION DE LA CLAUSE D’EXCLUSIVITÉ

La rédaction de la clause d’exclusivité est importante, et doit être présentée en termes très précis dans le contrat de travail. La signature du salarié implique son acceptation,  accompagnée de tous les effets et conséquences. Si un accord collectif ou une convention collective prévoient des conditions spécifiques, la clause devra en tenir compte et les intégrer.

Selon l’article L. 1121-1 du Code du travail : « Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché ».

Les  conditions pour que la clause d’exclusivité soit valable sont :

  • de mentionner la raison pour laquelle la clause est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise
  • de mentionner le contexte professionnel précis et/ou la nature des fonctions du salarié qui justifient le recours à cette clause.
  • d’être proportionnée au but recherché

Si ces conditions ne sont pas respectées, la clause est nulle, en ne pouvant pas être appliquée au salarié.

NON RESPECT DE LA CLAUSE D’EXCLUSIVITÉ PAR L’EMPLOYEUR

Après avoir signé le contrat de travail avec la clause d’exclusivité inclue, le salarié doit travailler que pour son seul employeur. Autrement, il pourra être sanctionné par ce dernier via sanction disciplinaire ou même licenciement (si l’insertion de la clause d’exclusivité dans le contrat de travail est motivée par l’indispensable protection d’un intérêt stratégique de l’entreprise).

Néanmoins, en pratique, les possibilités d’insertion d’une clause d’exclusivité dans les contrats de travail restent encore restreintes à cause du principe de liberté du travail.

Sur le même sujet

Travail à l'étranger
Conseils RH
Travail à l’étranger : expatriation ou détachement ? 24 juin 2022

Il peut arriver qu’un salarié, pour remplir des missions confiées par son employeur, se trouve dans une situation de travail à l’étranger. Une fois amené à travailler dans un autre pays, il est légitime de se demander comment le statut du salarié va être impacté. Il existe deux possibilités : Le statut de salarié détaché […]

Qualité de Vie au Travail
Conseils RH
La Qualité de Vie au Travail : définition, principes, impact 23 juin 2022

Parmi les termes les plus courants dans une entreprise, on peut parler de la Qualité de Vie au Travail, ou QVT. Elle est souvent abordée lors des discussions autour des conditions de travail et du bien-être des salariés. Il peut être nécessaire de donner une définition à la QVT : Est-ce la même chose que […]

La transaction entre l'employeur et le salarié
Conseils RH
La transaction entre l’employeur et le salarié 17 juin 2022

Lorsqu’un conflit prend forme entre l’employeur et son salarié, il est possible, pour éviter le recours au Conseil des Prud’hommes, de procéder à une transaction. A la manière de la rupture conventionnelle qui rompt le contrat de travail, il s’agît d’un accord amiable qui a pour but de mettre fin à un conflit existant entre […]

FacebookTwitterLinkedInEmail