Actualité paie

Chômage partiel : enquête massive contre la fraude

31 juillet 2020 par Vincent Langlois - Lecture 2 min.
chomage-partiel-enquete-contre-fraude

La crise sanitaire du coronavirus a contraint un grand nombre d’entreprises à recourir au chômage partiel. Ce dispositif, pris en charge par l’État, a coûté plusieurs milliards d’euros au total.

Pour limiter le plus possible le coût total du dispositif, le Gouvernement a décidé de renforcer les contrôles en cas de mise en chômage partiel. C’est à la Direccte de contrôler les entreprises. Quels éléments peuvent-être demandés aux entreprises contrôlées ? Quelles sont les sanctions en cas de fraude avérée ?

Une forte suspicion de fraude déjà présente

Pendant la crise sanitaire, un très grand nombre d’employeurs avaient effectué les démarches pour passer leurs salariés en chômage partiel. Rien qu’au mois de mai, on comptait un total de plus d’un million de demandes.

Parmi toutes ces demandes, certaines entreprises ont commis des erreurs dans leurs démarches. Bien que souvent faites par inadvertance, certaines demandes peuvent être volontairement falsifiées dans le but de frauder le dispositif.

Pour s’assurer des bonnes intentions des entreprises, l’État a mis en place un plan de contrôle massif des entreprises demandeuses. Environ 50 000 contrôles sont déjà prévus d’ici la fin de l’été 2020.

C’est donc à la Direccte d’effectuer ces contrôles. Sur environ 25 000 contrôles effectués, déjà 1 400 suspicions de fraude ont été relevées. La fraude peut être divisée en deux catégories :

  • Les déclarations mensongères ;
  • L’escroquerie.

Quelles données sont vérifiées par la Direccte ?

Pour détecter une possible fraude, la Direccte va vérifier plusieurs éléments, à savoir :

  • Si les salariés ont été placés au chômage partiel, mais que l’employeur leur demande parallèlement de continuer à travailler, que ça soit sur site ou en télétravail ;
  • Si les demandes de remboursement effectuées sont intentionnellement majorées par rapport au montant des salaires payés effectivement aux salariés ;
  • Si le nombre d’heures de chômage partiel déclaré est supérieur au nombre d’heures réellement chômées par les salariés.

Si un de ces 3 éléments est avérés, l’entreprise est considérée comme fraudeuse. De plus, les Direcctes ont reçu comme consigne de traiter rapidement et de manière systématique tout signalement de suspicion de fraude, dès qu’il sont transmis par :

  • Les salariés de l’entreprise ;
  • Les organisations syndicales de salariés ;
  • Le CSE de l’entreprise.

Concernant les suspicions d’escroquerie, la Dirrecte vérifiera si l’entreprise n’est pas une société fictive, mais également si le demandeur n’a pas usurpé l’identité d’un tiers.

Sanctions encourues en cas de fraude et erreurs de déclaration

Si la fraude au chômage partiel est avérée comme intentionnelle, l’employeur s’expose à une sanction pénale pouvant aller jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 30 000€ d’amende. Il s’expose également à des sanctions administratives, à savoir :

  • Le remboursement des aides perçue au titre du chômage partiel ;
  • L’exclusion du bénéfice de toute aide de l’État pour une durée de 5 ans.

A l’inverse, il est tout à fait possible que l’entreprise commette une erreur lors de sa demande de mise en chômage partiel, bien que de bonne foi. La Direccte privilégiera alors une régularisation à l’amiable de la situation de l’entreprise.

L’employeur pourra alors reconnaître son erreur et la corriger. Si un remboursement est nécessaire, la Direccte pourra prendre en compte la situation financière de l’entreprise afin de définir des solutions de remboursement.

Sur le même sujet

Universités d'été OEC IDF 2021
Actualité paie
Rencontrez Rue de la Paye aux Universités d’Été OEC IDF 2021 14 juin 2021

Rencontrez Rue de la Paye by Cegedim SRH, le spécialiste de l’externalisation de la paye et des RH pour les Experts-Comptables aux 31èmes Universités d’Été de l’Ordre des Experts-Comptables de Paris Ile-de-France, du 7 au 9 septembre 2021. A vos agendas ! A cette occasion, nous aurons le plaisir de vous démontrer le fonctionnement de […]

aide commerçants
Actualité paie
L’aide aux stocks pour les commerçants 24 mai 2021

En raison de la crise sanitaire, un grand nombre de commerces ayant subi une fermeture administrative n’ont pas pu écouler leurs stocks de marchandises, en particulier celles de nature saisonnière. Ces invendus constituent une perte financière conséquente. Afin d’amortir cette perte, le Gouvernement a mis en place un dispositif d’aide pour les stocks des commerçants […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 20 mai 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Actuellement il est d’une durée de 11 jours calendaires consécutifs, soit une absence possible de 14 jours avec le congé de naissance de 3 jours. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er […]

FacebookTwitterLinkedInEmail