Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2019

4 avril 2019 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (s’il existe déjà). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir.

Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et la participation financière de l’employeur à l’achat des chèques-vacances ne doit pas se substituer à un autre élément de rémunération. Cette contribution n’est qu’un complément de salaire.

MISE EN PLACE DES CHÈQUES-VACANCES

Toutes les entreprises, quel que soit leur effectif, peuvent proposer des chèques-vacances à leurs salariés, qu’ils soient en CDI ou en CDD. Les chèques-vacances sont également éligibles aux dirigeants ou gérants d’entreprise de moins de 50 salariés et aux travailleurs indépendants qui le souhaitent. Pour mettre en place le dispositif, l’employeur doit s’adresser à l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), seul organisme habilité à les émettre.

L’employeur peut financer les chèques-vacances selon les modalités suivantes :

  • soit par une participation directe au financement auprès des salariés
  • soit par une subvention au comité social et économique (CSE), qui gérera le financement

L’employeur fixe les critères d’attribution de chèques-vacances aux salariés, après consultation du CSE.

Dans les entreprises de 11 salariés et plus, dans lesquelles la présence d’un CSE est obligatoire, le financement des chèques-vacances peut être entièrement pris en charge par ce dernier, sans participation directe de l’employeur. Pour rappel, toutes les entreprises d’au moins 11 salariés devront mettre en place cette instance unique d’ici 2020.

La contribution de l’employeur est déductible du bénéfice imposable de l’entreprise, dans la limite de 450 € par an et par salarié en 2019.

Le montant limite de chèques-vacances par an et par est donc variable, en fonction de la part subventionnée par l’employeur ou le CSE.

EXONÉRATION DE LA CONTRIBUTION EMPLOYEUR AUX CHÈQUES-VACANCES

L’assujettissement à cotisations sociales de la contribution patronale dépend de la taille de l’entreprise et des montants de la contribution :

Effectif de l’entreprise Mode de financement
des chèques-vacances
Cotisations sociales
Jusqu’à 49 salariés Participation directe
de l’employeur
Exonération (sauf
CSG-CRDS
et contribution
au versement transport)
dans la limite de 30% du
Smic brut mensuel
par an et par salarié
(soit 450 € en 2019)
Subvention
de l’employeur
versée au CSE
Aucune exonération
A partir de 50 salariés Participation directe
de l’employeur
Aucune exonération
Acquisition par le CSE
sans participation
de l’employeur
Exonération totale

 

Côté salarié, dans la limite du montant d’un SMIC mensuel par salarié et par an (soit 1 521,22 € en 2019), la contribution de l’employeur n’est pas imposable.

La modulation de la contribution en fonction des revenus et de la situation familiale est une autre condition à l’exonération. La rémunération prise en compte est la moyenne perçue au cours des 3 mois précédant l’attribution. La contribution ne peut pas dépasser :

Ces pourcentages sont majorés de 5 % par enfant à charge et de 10 % par enfant handicapé, dans la limite de 15 %.

Ainsi, pour 2 enfants à charge, la contribution de l’employeur peut atteindre 90 % de la valeur des chèques-vacances dans le premier cas, et 60 % dans le second.

L’exonération des charges sociales ne concerne que le financement de chèques-vacances pour les salariés. Ceux bénéficiant aux chefs d’entreprise (sauf s’ils ont le statut de salarié) et aux travailleurs indépendants en sont exclus.

Tags:

L’actualité

Conseils RH
La visite médicale d’information et de prévention de l’apprenti 19 novembre 2019

Dans le cadre de la Loi Avenir Professionnel, les apprentis dans les entreprises doivent faire l’objet d’une visite médicale d’information et de prévention. A titre expérimental jusqu’au 3 décembre 2021, cette visite pourra être effectuée par un médecin de ville pour tous les contrats d’apprentissage conclus entre le 30 avril 2019 et le 31 octobre […]

Conseils RH
Licenciement : motif annoncé après la notification 7 novembre 2019

Le 22 septembre 2017, l’ordonnance « Macron » a mentionné la prévision de la possibilité pour l’employeur de préciser le motif évoqué dans la lettre de licenciement remise au salarié en cas de licenciement pour motif personnel ou économique. Cette précision peut se faire également à la demande du salarié. Comment préciser le motif de licenciement ? […]

Conseils RH
Le représentant de proximité du CSE 5 novembre 2019

En parallèle du Conseil d’Entreprise et du Comité Social et Économique (ou CSE), les ordonnances Macron du 22 septembre 2017 mentionnent la création du rôle de représentant de proximité. Bien que facultative, cette fonction va grandement faciliter la communication entre CSE et salariés de l’entreprise. Rappel : A partir du 1er janvier 2020, les différents organismes […]

FacebookTwitterLinkedInEmail