Conseils RH

Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2020

4 avril 2020 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.
chèques vacances

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (s’il existe déjà). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir.

Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et la participation financière de l’employeur à l’achat des chèques-vacances ne doit pas se substituer à un autre élément de rémunération. Cette contribution n’est qu’un complément de salaire.

MISE EN PLACE DES CHÈQUES-VACANCES

Toutes les entreprises, quel que soit leur effectif, peuvent proposer des chèques-vacances à leurs salariés, qu’ils soient en CDI ou en CDD. Les chèques-vacances sont également éligibles aux dirigeants ou gérants d’entreprise de moins de 50 salariés et aux travailleurs indépendants qui le souhaitent. Pour mettre en place le dispositif, l’employeur doit s’adresser à l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), seul organisme habilité à les émettre.

L’employeur peut financer les chèques-vacances selon les modalités suivantes :

  • soit par une participation directe au financement auprès des salariés
  • soit par une subvention au comité social et économique (CSE), qui gérera le financement

L’employeur fixe les critères d’attribution de chèques-vacances aux salariés, après consultation du CSE.

Dans les entreprises de 11 salariés et plus, dans lesquelles la présence d’un CSE est obligatoire, le financement des chèques-vacances peut être entièrement pris en charge par ce dernier, sans participation directe de l’employeur.

La contribution de l’employeur est déductible du bénéfice imposable de l’entreprise, dans la limite de 461 € par an et par salarié en 2020.

Le montant limite de chèques-vacances par an et par est donc variable, en fonction de la part subventionnée par l’employeur ou le CSE.

EXONÉRATION DE LA CONTRIBUTION EMPLOYEUR AUX CHÈQUES-VACANCES

L’assujettissement à cotisations sociales de la contribution patronale dépend de la taille de l’entreprise et des montants de la contribution :

Effectif de l’entreprise Mode de financement des chèques-vacances Cotisations sociales
Jusqu’à 49 salariés Participation directe de l’employeur Exonération (sauf CSG-
CRDS et contribution au versement transport)
dans la limite de 30% du Smic brut mensuel par
an et par salarié
(soit 461 € en 2020)
Subvention de
l’employeur versée au
CSE
Aucune exonération
A partir de 50 salariés Participation directe de l’employeur Aucune exonération
Acquisition par le CSE
sans participation de
l’employeur
Exonération totale

 

Côté salarié, dans la limite du montant d’un SMIC mensuel par salarié et par an, la contribution de l’employeur n’est pas imposable.

La modulation de la contribution en fonction des revenus et de la situation familiale est une autre condition à l’exonération. La rémunération prise en compte est la moyenne perçue au cours des 3 mois précédant l’attribution. La contribution ne peut pas dépasser :

Ces pourcentages sont majorés de 5 % par enfant à charge et de 10 % par enfant handicapé, dans la limite de 15 %.

Ainsi, pour 2 enfants à charge, la contribution de l’employeur peut atteindre 90 % de la valeur des chèques-vacances dans le premier cas, et 60 % dans le second.

L’exonération des charges sociales ne concerne que le financement de chèques-vacances pour les salariés. Ceux bénéficiant aux chefs d’entreprise (sauf s’ils ont le statut de salarié) et aux travailleurs indépendants en sont exclus.

Tags:

Sur le même sujet

Covid entreprise
Conseils RH
Covid 19 : Les protocoles sanitaires en entreprise 22 octobre 2020

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, et une quantité non négligeable de nouveaux « clusters » apparus en milieu professionnel, les protocoles sanitaires en entreprise ont été renforcés. S’ajoutent ainsi aux précédentes mesures de préventions : Le port du masque obligatoire en entreprise ; L’encouragement du recours au télétravail. Revoyons ensemble ces différentes […]

Congé de reclassement
Conseils RH
Le congé de reclassement : tout ce qu’il faut savoir 22 octobre 2020

La mise en oeuvre du congé de reclassement s’articule avec la procédure du licenciement pour motif économique dans les grandes entreprises. Au cours de celle-ci, l’employeur doit respecter certaines démarches particulières du fait de ce congé. Faisons le point sur le fonctionnement, la durée et le financement de ce dispositif. CONGÉ DE RECLASSEMENT : QU’EST-CE […]

Conseils RH
Maladie professionnelle : Prise en compte dès les premiers symptômes 21 octobre 2020

Le 1er juillet 2018, les règles de prise en compte des indemnisations pour maladie professionnelle ont changé. Elles sont plus favorables aux salariés en prenant en compte la constatation des premiers symptômes de la maladie par un médecin. Cette nouvelle règle instaure aussi une limite à la rétroactivité de l’indemnisation. LA MALADIE PROFESSIONNELLE Les conditions […]

FacebookTwitterLinkedInEmail