Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Paie pratique

Calcul réduction Fillon : exemples et valeurs 2019

6 janvier 2017 par rdlp - Lecture 2 min.

Le changement des taux de cotisations du régime général (et d’autres régimes) à la Sécurité sociale à partir du 1er janvier 2019 modifie le calcul de la Réduction générale des cotisations patronales sur les bas salaires dite réduction Fillon.

Voici des exemples de calcul réduction Fillon.

Charges sociales concernées par le calcul de la réduction Fillon

Au niveau du SMIC, la quasi-totalité des charges patronales recouvrées par l’Urssaf entrent dans le dispositif :

  • cotisations patronales maladie, maternité, invalidité/décès, vieillesse,
  • cotisations patronales d’allocations familiales,
  • contribution Fnal,
  • contribution de solidarité autonomie (CSA).
  • cotisations patronales accidents du travail / maladies professionnelles (AT/MP)

Il est à noter que la réduction des cotisations AT/MP est limitée à 0,84 % de la rémunération en 2019.

La réduction Fillon est applicable dégressivement sur les rémunérations inférieures à 1,6 SMIC annuel.

Méthode de calcul de la réduction Fillon

Le montant de la réduction Fillon se fait sur l’année civile pour chaque salarié en multipliant la rémunération avec un coefficient de réduction :

Réduction Fillon = Rémunération brute annuelle x Coefficient

En pratique, le dispositif est appliqué chaque mois par les employeurs et ensuite régularisé soit de façon progressive au mois le mois, soit en fin d’année.

Le contrôle du calcul de la réduction Fillon est effectué à posteriori par les organismes de recouvrement selon les modalités de droit commun. Les employeurs doivent être en mesure en cas de contrôle de mettre à la disposition des inspecteurs du recouvrement toutes les informations utiles à cette vérification.

Coefficient de la réduction Fillon

La formule de calcul de ce coefficient dépend d’un paramètre « T ». Voici comment déterminer ce coefficient :

Coefficient = (T/0,6) x (1,6 x SMIC annuel / rémunération annuelle brute -1)

T est la somme des toutes les cotisations patronales incluses dans le dispositif au niveau du SMIC. C’est la valeur maximale du coefficient.

En 2019, le champ des cotisations patronales concernées par la réduction Fillon est élargi en deux temps :

  • au 1er janvier 2019 :
    • les cotisations de retraite complémentaire s’ajoutent aux cotisations concernées par la réduction Fillon : 4,722 % retraite (part patronale) + 1,29 % CEG (part patronale) = 6,012 %
    • cette augmentation est compensée par le CICE – allègement des charges patronales de 6 %
  • au 1er octobre 2019 :
    • ajout des cotisations de retraite complémentaire – 6,012 %
    • fin du CICE
    • ajout des cotisations patronales chômage – 4,05 %

Ces évolutions modifient la valeur du paramètre T sur les deux périodes concernées. Le tableau ci-dessous reprend les différentes valeurs applicables au calcul de la réduction Fillon en 2019 pour le cas général :

 

Entreprise

PARAMÈTRE T
=> du 1er janvier 2019 au 30 septembre 2019*

PARAMÈTRE T
=> à compter du 1er octobre 2019

< 20 salariés
+ FNAL 0,10 %
0,2815 0,322
≥ 20 salariés
+ FNAL 0,50 %
0,2855 0,326

*Le paramètre T peut être ajusté pour les employeurs ayant une répartition plus favorable au salarié à l’AGIRC-ARRCO (différente de la réparation 60 % employeur / 40 % salarié).

Par ailleurs, conformément au dispositif de lissage prévu par la loi de modernisation de l’économie (dite « LME ») du 4 août 2008, ce tableau ne reprend pas les lignes FNAL dégressif à 0,20 %, 0,30 % et 0,40 %. Pour mémoire, ce dispositif concernait les employeurs ayant franchi, pour la première fois, le seuil de 20 salariés au titre des années 2008 à 2012. Voilà pourquoi ces taux réduits liés à la loi LME n’existent plus en 2019.

Pour les salariés affiliés à une caisse de congés payés, un coefficient de 100/90 sera appliqué à la valeur T.

L’actualité

Paie pratique
Salarié au SMIC en 2019 : quel coût pour mon entreprise ? 14 juin 2019

Lors de ses premières embauches, l’employeur peut proposer de rémunérer le salarié au SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance). Cependant budgétairement, il est important de se souvenir que les frais ne se limitent pas au versement du salaire. Ces frais sont pour la plupart une obligation pour l’employeur et comportent notamment les cotisations et contributions […]

Paie pratique
Travail à temps partiel : les conditions à respecter 5 juin 2019

Le travail à temps partiel (TTP) implique une durée inférieure à la durée légale du travail (151,67 heures par mois ou 35 heures par semaine) ou à la durée conventionnelle, si celle-ci est inférieure à la durée légale. Passons en revue tout ce qu’il faut savoir sur les droits et les obligations des salariés et […]

Paie pratique
BDES : définition, contenu et fonctionnement 4 juin 2019

La Base de Données Economiques et Sociales (BDES), appelée aussi auparavant la Base de Données Uniques (BDU), regroupe les informations sur les grandes orientations économiques et sociales de l’entreprise. L’ensemble des informations qu’elle contient doit permettre de donner une vision globale et claire de l’emploi, de la formation et de l’utilisation des ressources financières générées […]

FacebookTwitterLinkedInEmail