Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Paie pratique

Calcul exonération cotisation LODEOM 2019

1 juillet 2019 par rdlp - Lecture 7 min.

Cotisations exonérées Lodeom

Les cotisations et contributions couvertes par la Lodeom sont élargies à celle de la réduction générale de cotisations. Sont donc concernées les assurances sociales (maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès), allocations familiales, fond national d’aide au logement (FNAL, à 0,10 % sur la rémunération plafonnée pour les employeurs de moins de 20 salariés ou Fnal à 0,50 % sur la totalité de la rémunération pour les employeurs de 20 salariés et plus ), Contribution solidarité autonomie (CSA), retraite et retraite complémentaires (Agirc-Arrco).Les cotisations patronales AT / MP (accidents du travail / maladie professionnelles pour 0,78%).

Entreprises concernées par l’exonération Lodeom

Les entreprises dont le lieu d’activité se situe en Guadeloupe, en Guyane, à la Martinique, à la Réunion, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin bénéficient, sous certaines conditions, de l’exonération LODEOM (Loi pour le Développement économique des Outre-Mer).
Nous avons rédigé un article spécifique pour l’exonération Lodeom à Saint-Martin et Saint-Barthélemy.
Il existe 3 barèmes d’exonération applicables en fonction de l’effectif, du secteur d’activité et de la localisation de l’entreprise. Pour tous les barèmes, le calcul se fait comme la réduction Fillon, sur une base annuelle.

Barème dit de compétitivité de droit commun

Les entreprises de moins de 11 salariés sont éligibles quel que soit leur secteur d’activité. Si l’entreprise dépasse ce seuil en cours d’année, l’exonération s’applique pour les 11 premiers salariés.
Les entreprises de plus de 11 salariés doivent appartenir aux secteurs suivants pour bénéficier de l’exonération LODEOM :

  • BTP
  • Industrie
  • Hôtellerie, restauration, tourisme et loisir s’y rapportant
  • Presse et production audiovisuelle
  • Environnement, énergies renouvelables, agro-nutrition
  • NTIC et centres d’appel
  • Agriculture, pêche, cultures marines, aquaculture
  • Transport aérien assurant la liaison entre la métropole et la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon ou Mayotte, la liaison entre ces départements ou collectivités, les dessertes intérieures de ces départements.
  • Transport fluvial ou maritime assurant la desserte locale de ces départements ou collectivités

Sont exclues les entreprises publiques et les EPIC.
Le principe est une exonération totale des cotisations patronales jusqu’à 1,3 SMIC puis une exonération dégressive jusqu’à 2,2 SMIC. Voyez plus bas pour des exemples de calcul.
Comment bénéficier du dispositif LODEOM ? Voir notre page Déclaration et règles de cumul LODEOM
L’exonération LODEOM dite de compétitivité de droit commun est déclarée en DSN sur le CTP de déduction 462 et régularisé si nécessaire sur le CTP 684.

Exonération renforcée LODEOM

L’exonération dite de compétitivité renforcée LODEOM est soumise à certaines obligations cumulatives :

  • Sans limite d’effectif, avoir une activité principal dans le secteurs BTP, industrie, hôtellerie, restauration, tourisme et loisir s’y rapportant, presse et production audiovisuelle, Environnement, énergies renouvelables, agro-nutrition, NTIC et centres d’appel, agriculture, pêche, cultures marines, aquaculture ou transport aérien assurant la liaison entre la métropole et les départements et collectivités d’outremer ainsi que les liaison entre et au sein de ces départements ou collectivités.
  • En Guyane : avoir une activité principale relevant de l’un des secteurs d’activité éligibles à la réduction d’impôt sur le revenu, en raison des investissements productifs neufs réalisés Outre-mer ou correspondant à l’une des activités suivantes : comptabilité, conseil aux entreprises, ingénierie ou études techniques à destination des entreprises, recherche et développement ou technologies de l’information et de la communication
  • être soumis au régime réel d’imposition
  • Ou avoir réalisé des opérations sous le bénéfice du régime de transformation sous douane, si le chiffre d’affaires provenant de ces opérations représente au moins un tiers du chiffre d’affaires de l’exploitation au titre de l’exercice écoulé.

Le barème d’exonération pour le dispositif LODEOM compétitivité renforcée est : exonération totale jusqu’à 1,7 SMIC et dégressivité jusqu’à 2,7SMIC.
Elle est à déclarer en DSN sur le CTP 463 et régularisée via le CTP 538.

Exonération spéciale LODEOM

Pour être éligible à l’exonération dite d’innovation et croissance LODEOM il faut :

  • Employer moins de 250 salariés et avoir un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros.
  • Avoir une activité principale concourant à la réalisation de projets innovants dans les NTIC : développement d’un bien d’un service ou de processus de fabrication ou de distribution, nouveau ou sensiblement amélioré dans les domaines de la télécommunication, l’informatique (logiciels, maintenance, gestion et hébergement des données et activités connexes), éditions de plateformes et de logiciels, infographie, conception d’objets connectés.

Comme pour le statut JEI, seuls les salariés occupés à la réalisation des projets innovants sont éligible à l’exonération spéciale Lodeom. Sont donc exclues les fonctions supports : tâches administratives financières, logistiques et de ressources humaines.
Le barème fixe une exonération totale des cotisations patronales jusqu’à 1,7 SMIC, de 1,7 SMIC à 2,5 SMIC, une réduction correspondant à celle de 1,7SMIC pour les rémunérations supérieures à 2,5S MIC, une dégressivité jusqu’à 3,5 SMIC.

Calcul de l’effectif exonération LODEOM

L’effectif est calculé au 31 décembre dans les mêmes conditions que pour le bilan social ou le rapport annuel unique. Sont pris en compte :

  • les salariés en contrat à durée indéterminée (CDI) temps plein présents ou non dans l’entreprise ;
  • les salariés en contrat à durée déterminée (CDD), les salariés temporaires, les intérimaires et les salariés intermittents au prorata de leur temps de présence sur les 12 derniers mois et à condition qu’ils ne remplacent pas de salariés déjà comptés en CDI (congés maternité, maladie, …) ;
  • les salariés à temps partiel au prorata de leur temps de travail par rapport à la durée légale ou conventionnelle.

Sont exclus :

  • les salariés ou assimilés, non titulaires d’un contrat de travail (notamment les mandataires sociaux) ;
  • les salariés en CDD lorsqu’ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat est suspendu ;
  • les salariés embauchés dans le cadre de contrats aidés.

Pour les entreprises créées en cours d’année, l’effectif est compté à partir de la première embauche. Pour l’année suivante, l’effectif sera une moyenne sur chaque mois d’existence de la société.
Si l’entreprise passe sous les 11 salariés en cours d’année elle peut adresser une demande au directeur de la CGSS pour demander l’exonération. Un avis sera rendu dans les deux mois après étude des justificatifs. Si la demande est acceptée, l’exonération est appliquée à compter du mois suivant le jour de dépôt de la demande.
Pour bénéficier de cette exonération de cotisations de Sécurité sociale, l’employeur doit être à jour de ses obligations déclaratives et de ses paiement à l’égard de l’organisme de recouvrement et le chef d’entreprise ne doit pas avoir fait l’objet d’une condamnation pénale pour fraude fiscale, travail dissimulé, marchandage ou prêt illicite de main d’œuvre.

Principes et formules de calcul de l’exonération de charge LOEDOM

L’exonération de cotisation LODEOM est calculée par mois et par salarié en fonction du salaire horaire brut. Gestionnaire paie DOM TOM : voici les taux 2019.

Calcul exonération de droit commun


Montant du salaire horaire brut

Exonération

Modalités de calcul de l’exonération

Salaire ≤ 1,3 SMIC Exonération sur la totalité du salaire Salaire horaire brut x nombre d’heures rémunérées x T*
1,3 SMIC ≤ Salaire < 2,2 SMIC Exonération dégressive Exonération = rémunération brute mensuelle x coefficient
Coeff. = 1,3X T/0,9 x((2,2 x SMIC annuel/rémunération annuelle brute)-1)
Salaire ≥ 2,2 SMIC Pas d’exonération dès le 1er euro versé.


Calcul exonération de compétitivité renforcée

Montant du salaire horaire brut

Exonération

Modalités de calcul de l’exonération

Salaire ≤ 1,7 SMIC Exonération sur la totalité du salaire Salaire horaire brut x nombre d’heures rémunérées x T*
1,7 SMIC ≤ Salaire < 2,7 SMIC Exonération sur la partie du salaire horaire brut limitée à 1,7 Smic Exonération = rémunération
brute mensuelle x coefficient

Coefficient = 1,7 × T × ((2,7 × Smic calculé pour un an / rémunération annuelle brute) – 1)
Salaire ≥ 2,7 SMIC Pas d’exonération dès le 1er euro versé.


Calcul exonération d’innovation et croissance

Montant du salaire horaire brut

Exonération

Modalités de calcul de l’exonération

Salaire ≤ 1,7 SMIC Exonération sur la totalité du salaire Salaire horaire brut x nombre d’heures rémunérées x T*
1,7 SMIC < Salaire < 2,5 SMIC Exonération sur la partie du salaire horaire brut limitée à 1,7 Smic Smic x 1,7 x nombre d’heures rémunérées x T*
2,5 SMIC ≤ Salaire < 3,5 SMIC Exonération dégressive Exonération = rémunération brute mensuelle x coefficient
coefficient = 1,7 × T* × ((3,5 × Smic calculé pour un an / rémunération annuelle brute) – 1)
Salaire ≥ 3,5 SMIC Pas d’exonération dès le 1er euro versé.

* Si des heures supplémentaires sont rémunérées, il convient de calculer l’exonération selon la modalité suivante : montant horaire x 151,67 x T + montant horaire x 25 % (ou par 50 % au-delà de la 44e heure) x nombre d’heures supplémentaires x T. Le résultat global correspond au montant de la réduction. T est la somme des cotisations patronales de Sécurité sociale (32,14% pour les entreprises de moins de 20 salariés –Fnal à 0,10%– , 32,54% pour les entreprises de 20 salariés et plus – Fnal à 0,50%–).

La valeur du SMIC est celle au 1er jour de la période considérée.

En cas de suspension du contrat de travail avec maintien de la rémunération, le nombre d’heures plus en compte est égal à la durée du travail que le salarié aurait été sensé travaillé multiplié par le pourcentage de la rémunération restant à la charge de l’employeur.
Le coefficient est arrondi à 3 décimales, au millième le plus proche.

Exemples concrets de calcul d’exonération LODEOM moins de 11 salariés pour 2019


Salaire horaire brut inférieur à 1,3 smic avec heures supplémentaires
Le salarié travaille 39 h par semaine soit 169 h par mois, pour un salaire brut de 2000 €.
> Heures rémunérées :
169h (151,67h + 17,33 d’heures supplémentaires)
> Rémunération heures supplémentaires : + 25%
> Salaire mensuel brut :
2000 € (1 750,05 € + 249,95 € en heures supplémentaires)
> Montant horaire moyen tenant compte des heures supplémentaires :
2000 € / 169 h soit 11,83 €
RÉDUCTION = 11,83 x 169 x 32,14 % = 642,80 € par mois

Salaire horaire brut égal ou supérieur à 1,3 smic et inférieur à 2,2 smic
Le salarié travaille 35 h par semaine soit 151,67 h par mois, pour un salaire brut de 3 000 €.
> Heures rémunérées : 151,67 h
> Salaire horaire brut : 19,78 €
> Salaire mensuel brut : 3 000 €
Coefficient = 0,3214 x [(2,2 x 10,03 x 1,3 x 151,67) / 3 000 – 1,3] = 0,048
RéDUCTION = 3 000 x 0,048 = 144 € par mois

Déclaration de l’exonération LODEOM

Pour remplir le bordereau récapitulatif de cotisations, mentionnez :
1 – les salaires sans l’exonération sous le code type de personnel (CTP) 100 ;
2 – le montant de la réduction correspondant à l’exonération LODEOM sous l’un des CTP ci-dessous suivant votre situation, ainsi que le nombre de salariés concernés :
Exonération de droit commun : déclaration CTP 463 / régularisation CTP 538
Exonération renforcée : déclaration CTP 462 / régularisation CTP 684
Exonération spéciale : déclaration CTP 473 / régularisation CTP 685.

Code type de personnel Libellé

Un contrôle sera effectué, au moment de l’enregistrement du bordereau récapitulatif de cotisations, pour vérifier que la déduction n’est pas supérieure au montant des cotisations patronales hors accidents du travail et maladies professionnelles.

Règles de cumul de cette exonération de cotisation de Sécurité sociale

Cette exonération ne peut être cumulée avec une autre exonération totale ou partielle de cotisations patronales de Sécurité sociale, à l’exception de la déduction forfaitaire de cotisations patronales applicable au titre des heures supplémentaires.

En tant qu’employeur, vous pouvez opter pour la réduction générale de cotisation mais ce choix est définitif pour les salariés concernés. Donc, dans le même établissement, il peut y avoir des salariés soumis à l’exonération Lodeom et d’autre à la réduction Fillon.
Données chiffrées et exemples de calculs actualisés au 1er juillet 2019

Tags:

L’actualité

Paie pratique
Le plafond de la Sécurité Sociale en 2020 6 décembre 2019

Le plafond de la Sécurité sociale est revalorisé chaque année, à l’occasion de la Loi de finance de la Sécurité sociale. Ses montants annuels et mensuels pour 2020 ont été préconisés par la Commission des Comptes de la Sécurité Sociale (CCSS) le 30 septembre dernier sur la base d’une augmentation de 1,4%. Voici les montants […]

Paie pratique
Ticket restaurant et prime de repas dans le bâtiment et travaux publiques (BTP) 5 décembre 2019

Comme tout employé du secteur privé, les salariés du bâtiment et de la construction ont le droit de bénéficier de titres de restaurant si leur employeur ne fournit pas les repas. Cependant, ils ont aussi droit à la prime panier comme stipulé sur les conventions collectives BTP. En gestion de la paye, il faut déduire […]

Paie pratique
Titre restaurant 2020 : limite d’exonération 5 décembre 2019

Le titre restaurant (ticket resto, chèque déjeuner, Apetiz et Pass Sodexo) est un titre de paiement permettant aux salariés qui ne disposent pas d’une cantine dans leur entreprise de prendre des repas à l’extérieur dans des restaurants ou des commerces assimilés. Sous certaines conditions, le salarié peut donc payer un commerçant avec ce titre. Il […]

FacebookTwitterLinkedInEmail