Actualité paie

Bilan prélèvement à la source après 3 mois

15 avril 2019 par Gestionnaire de paie - Lecture 2 min.
bilan prélèvement à la source

Près de quatre mois après son lancement, plusieurs sources dressent un premier bilan satisfaisant du prélèvement à la source. Les chiffrent montrent que le concept même de la réforme semble tenir ses promesses : grâce au nouveau mode de recouvrement de l’impôt, l’évolution des revenus est pris en compte en temps réel. De plus, la déclaration de revenus reste toujours obligatoire, la campagne vient de commencer.

PREMIER BILAN PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE APRÈS SON ENTRÉE EN VIGUEUR

Malgré les hésitations et les angoisses qu’elle a pu générer avant sa mise en place, les premiers mois de la réforme semblent se dérouler au mieux. Une enquête Odoxa – Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info dresse un premier bilan prélèvement à la source, qui est effectif depuis ce 1er janvier. Selon celui-ci, 81% des répondent estiment que la mise en place du PAS s’est bien passé dans leur foyer et 65% jugent même que la mesure est « un succès ».

Par ailleurs, le sondage montre également que les craintes exprimées en 2018 commencent à s’estomper. Ils ne sont plus que :

  • 30% des personnes interrogées à croire que la réforme engendrerait des erreurs (contre 70% en 2018);
  • 56% des sondés à affirment que le PAS alourdit la charge de travail des entreprise (contre 76% avant sa mise en place);
  • 50% des personnes à penser que la confidentialité de leurs données fiscales sont remises en cause (contre 70% auparavant).

De plus, les premiers chiffres publiées sur le site de l’administration fiscale montrent que plus de 800 000 foyers fiscaux ont déjà demandé une modulation de leur taux de prélèvement pour tenir compte d’un changement de situation. Cela pour dire que les contribuables semblent effectivement avoir adopté le fonctionnement de ce nouveau dispositif.

LA DÉCLARATION DES REVENUS TOUJOURS OBLIGATOIRE EN 2019

Même si l’impôt à la source est bien entré en vigueur, les salariés devront toujours faire cette année un déclaration de revenus 2018, afin d’actualiser leur taux d’imposition. La campagne vient de commencer le 10 avril 2019 et les déclarations papier sont actuellement en train d’arriver dans les boites aux lettres. La date limite d’envoi pour la déclaration papier est fixée le 16 mai 2019. Un délai supplémentaire est prévu pour la télédéclaration : les dates limites s’étalent du 21 mai au 7 juin et varient selon les départements. L’administration fiscale va communiquer aux employeurs le nouveau taux dans quelques mois et il sera utilisé à compter de septembre prochain.

A compter de l’année prochaine, cette déclaration aujourd’hui indispensable ne serait plus obligatoire pour un grand nombre de contribuables (8 millions de foyers selon le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin). Elle devrait continuer à être utilisée uniquement pour la gestion des situations atypiques ou complexes, ainsi que pour les indépendants.

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail