Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Paie pratique

Base forfaitaire apprenti : tous les changements au 1er janvier 2019

5 novembre 2018 par Andreea Aflorei - Lecture 3 min.

Les cotisations sociales des jeunes en contrat d’apprentissage (à l’exception des cotisations vieillesse) dues sur les rémunérations versées étaient calculées auparavant sur une base forfaitaire apprenti. A partir du 1er janvier 2019, le régime social des apprentis connait des amples modification suite à la loi de financement de la Sécurité sociale. Voici tout ce qu’il faut savoir pour bien calculer la paie des apprentis à compter de ce mois-ci.

base forfaitaire apprenti

CALCUL BASE FORFAITAIRE APPRENTI : RAPPEL DE L’ANCIEN SYSTÈME

Voici, pour rappel, les anciennes modalités de calcul de cotisations sociales des apprentis. La base forfaitaire des cotisations pour l’apprenti était égale au SMIC en vigueur au 1er janvier de l’année, multiplié par un nombre d’heures par mois (151.67 heures). Il fallait ensuite déduire 11 % du résultat.

Dans le cas où l’entreprise versait une rémunération supérieure à la rémunération légale, cela n’avait pas d’incidence sur le calcul de la base forfaitaire applicable. En effet, indépendamment de la rémunération versée, la base forfaitaire était toujours calculée en fonction de la rémunération mensuelle minimale légale (fixée en pourcentage du SMIC en vigueur au 1er janvier de l’année) multipliée par un nombre d’heures par mois (151,67 heures), puis la rémunération mensuelle brute légale était abattue de 11 points.

Toutes les cotisations sociales obligatoires étaient calculées sur cette base forfaitaire : fond national d’aide au logement (FNAL), cotisation accident du travail (AT), contribution solidarité autonomie (CSA), cotisations d’assurance chômage, contribution au dialogue social et, le cas échéant, le versement transport et le forfait social.

En cas d’absence non rémunérée au cours du mois, l’assiette était constituée d’autant de 30èmes que le mois comportait de jours de présence, ouvrables ou non-ouvrables (tous les types d’absence pris en compte : maladie – généralement sans maintien, AT, sans solde etc.).

 Par ailleurs, les les cotisations de prévoyances, celles-ci restent, à titre de simplification, exonérées de CSG/CRDS, comme cela avait déjà été admis il y a presque 15 ans (lettre-circ. ACOSS 97-7 du 17 janvier 1997).

NOUVEAU RÉGIME SOCIAL DES APPRENTIS EN 2019

La loi de financement de la Sécurité sociale (n° 2018-1203 du 22 décembre 2018) modifie en profondeur ce système de calcul de cotisations sociales des apprentis dans le secteur privé à compter du 1er janvier 2019. Et cela via trois mesure phares :

1. Suppression des assiettes forfaitaires

Comme pour le calcul de la cotisation d’assurance vieillesse avant 2019, à partir de cette année le calcul de toutes les cotisations patronales et salariales s’effectue sur l’assiette réelle. C’est-à-dire sur la rémunération versée à l’apprenti et non plus sur une base forfaitaire. Tous les éléments inclus dans la rémunération devront donc être pris en compte (avantages en nature, espèces etc.).

2. Remplacement des anciennes exonérations de cotisations par la Réduction Fillon renforcée

La loi sus-mentionnée prévoit aussi que toutes les anciennes exonérations  des cotisations patronales attachées aux contrats d’apprentissage dans le secteur privé disparaissent en 2019. A la place de l’exonération de cotisations patronales, les employeurs peuvent désormais appliquer la réduction générale de cotisations patronales (l’ex-réduction Fillon) en périmètre complet, donc étendue à l’AGIRC-ARRCO et à l’assurance chômage.

3. Plafonnement de l’exonération de cotisations salariales

Suite à ces changements, seule l’exonération de cotisations salariales reste en vigueur, et cela uniquement pour la part de la rémunération inférieure ou égale à 79 % du SMIC (plafond fixé par décret 2018-1357 du 28 décembre, JO du 30). La fraction au-delà de ce plafond reste assujettie aux cotisations. En revanche, le salaire des apprentis reste exonéré de CSG/CRDS en totalité.

 

Dernière mise à jour : 8 janvier 2019

L’actualité

Paie pratique
Salarié au SMIC en 2019 : quel coût pour mon entreprise ? 14 juin 2019

Lors de ses premières embauches, l’employeur peut proposer de rémunérer le salarié au SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance). Cependant budgétairement, il est important de se souvenir que les frais ne se limitent pas au versement du salaire. Ces frais sont pour la plupart une obligation pour l’employeur et comportent notamment les cotisations et contributions […]

Paie pratique
Travail à temps partiel : les conditions à respecter 5 juin 2019

Le travail à temps partiel (TTP) implique une durée inférieure à la durée légale du travail (151,67 heures par mois ou 35 heures par semaine) ou à la durée conventionnelle, si celle-ci est inférieure à la durée légale. Passons en revue tout ce qu’il faut savoir sur les droits et les obligations des salariés et […]

Paie pratique
BDES : définition, contenu et fonctionnement 4 juin 2019

La Base de Données Economiques et Sociales (BDES), appelée aussi auparavant la Base de Données Uniques (BDU), regroupe les informations sur les grandes orientations économiques et sociales de l’entreprise. L’ensemble des informations qu’elle contient doit permettre de donner une vision globale et claire de l’emploi, de la formation et de l’utilisation des ressources financières générées […]

FacebookTwitterLinkedInEmail