Actualité paie

Prélèvements sociaux : base CSG = base de référence

18 septembre 2018 par Aurélie Moinas - Lecture 2 min.
base CSG

L’ordonnance n° 2018-474 du 12 juin 2018, publiée au Journal Officiel du 13 juin 2018 relative à la simplification et à l’harmonisation des définitions des assiettes des cotisations et contributions de Sécurité sociale a modifié l’assiette de référence sur laquelle sont calculées les cotisations de sécurité Sociale. La base CSG est ainsi la base de référence pour le calcul des prélèvements sociaux depuis le 1er septembre 2018.

BASE CSG APPLICABLE POUR TOUTES LES COTISATIONS SOCIALES

La CSG (contribution sociale généralisée) est un impôt dû pour participer au financement de la protection sociale sur tous les revenus d’activité. Toutefois, sont exclus de l’assiette de la CSG, les revenus des apprentis et la gratification des stagiaires.

Suite à l’ordonnance du 12 juin, l’assiette de la CSG devient l’assiette de référence à partir de laquelle sont définies les autres assiettes de calcul des prélèvements sociaux, en particulier l’assiette des cotisations de Sécurité sociale dues au titre du régime général de la sécurité sociale (article L. 242-1 du code de la sécurité sociale).

Selon, l’art. L. 136-1-1 du code de la Sécurité sociale, seront visées « toutes les sommes, ainsi que les avantages et accessoires en nature ou en argent qui y sont associés, dus en contrepartie ou à l’occasion d’un travail, d’une activité ou de l’exercice d’un mandat ou d’une fonction élective, quelles qu’en soient la dénomination ainsi que la qualité de celui qui les attribue, que cette attribution soit directe ou indirecte ».

Les nouvelles dispositions sont applicables depuis le 1er septembre 2018.

LES CAS D’EXONÉRATION CSG

L’ordonnance prévoit aussi  les différents cas d’exonération. Parmi ceux-ci nous pouvons retrouver :

  • l’épargne salariale ;
  • le financement de chèques vacances ;
  • les indemnités de rupture ;
  • le financement patronal de la protection sociale complémentaire ;
  • l’actionnariat salarié.

Cette harmonisation concerne l’ensemble des assurés, en restant toutefois sans effet sur les niveaux de prélèvements. Elle pour objectif de simplifier la législation applicable en matière de définition des assiettes sociales. De ce fait, les termes de « salaires », « gains », « rémunérations » sont donc substitués dans les textes par celui de « revenus d’activité » .

Dernière mise à jour : 20/01/2020

Tags:

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail