Actualité paie

Nouvelle aide à l’embauche apprenti 2019

8 janvier 2019 par Andreea Aflorei - Lecture 2 min.
aide embauche

Sous certaines conditions, à partir du 1er janvier 2019, les entreprises recrutant des salariés en contrat d’apprentissage peuvent bénéficier d’une aide à l’embauche de nature financière. Celle-ci est prévue par la loi « Avenir professionnel » et remplace les mécanismes d’aide à l’apprentissage existants jusqu’à présent.

AIDE UNIQUE A L’APPRENTISSAGE  DES 2019

Les modalités de l’aide unique à l’apprentissage attribuée pour les contrats conclus à partir du 1er janvier 2019 sont stipulées par le Décret 2018-1348 du 28 décembre 2018, JO du 30.

L’aide unique à l’apprentissage concerne seulement les entreprises de moins de 250 salariés et remplace :

  • le crédit d’impôt en faveur de l’apprentissage (uniquement pour les périodes d’imposition à compter du 1erjanvier 2019) ;
  • les aides versées par les régions ;
  • la prime à l’apprentissage (employeurs de moins de 11 salariés) ;
  • la prime pour l’embauche d’apprentis handicapés ;
  • l’aide à l’embauche de jeunes apprentis dans les TPE.

MONTANTS ET MODALITÉS DE VERSEMENT DE L’AIDE A L’EMBAUCHE

Année de l’apprentissage Montant de l’aide accordé
1ère année 4125 €
2ème année 2000 €
3ème et 4ème année (prolongation) 1200 €

Pour qu’il puisse recevoir cette aide unique, l’employeur doit chaque mois effectuer une déclaration (prévue dans l’article L. 133-5-3 du code de la Sécurité sociale). Le contrat d’apprentissage devra obligatoirement être enregistré par l’une des chambres consulaires (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat, ou Chambre Agricole) en 2019 et par un opérateur de compétence (OPCO) à partir de 2020.

Il devra aussi être transmis au ministère chargé de la formation professionnelle via le « portail de l’alternance ».

L’aide est versée à l’employeur avant le paiement de la rémunération apprenti, mais en absence de transmission des données via la déclaration, l’aide sera suspendue dès le mois suivant.

Pour les cas de rupture anticipée, l’aide n’est pas due à compter du mois suivant la date de fin du contrat.

En cas de suspension du contrat d’apprentissage conduisant au non versement de la rémunération par l’employeur à l’apprenti, l’aide n’est pas due pour chaque mois considéré.

Les sommes qui sont indûment perçues doivent être remboursées à l’opérateur national, soit l’Agence de services et de paiement (ASP). L’agence traite aussi les réclamations et les recours relatifs à l’aide. Elle peut également solliciter l’employeur et l’OPCO pour toute information complémentaire nécessaire au paiement de l’aide.

L’aide unique à l’apprentissage est gérée de manière identique que l’aide TPE accordée pour les jeunes apprentis. La procédure doit passer via un portail dédié appelé SYLAE.

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail