Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Absence pour enfant malade : quelles règles?

1 janvier 1970 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.

Il peut arriver qu’un salarié doive s’absenter de son travail pour s’occuper de son enfant malade ou accidenté. Quelles sont donc les règles applicables aux absences en cas d’enfant malade ? Découvrez également les différents types de congés auxquelles les employés peuvent prétendre dans cette situation.

ABSENCES POUR ENFANT MALADE : CAS GÉNÉRAL

Tout salarié s’occupant d’un enfant malade ou accidenté, de moins de 16 ans et dont il assume la charge, a le droit de bénéficier d’un congé. Il doit apporter au plus vite à l’employeur un certificat médical (ou une copie) prouvant  la maladie ou l’accident. Le droit au congé pour enfant malade n’est soumis à aucune condition d’ancienneté. Dans le Code du Travail, la durée de l’absence pour un enfant malade est fixée à 3 jours par an pour le cas général. Ces jours peuvent aussi être fractionnés en demi-journées. Ils sont indépendants du nombre d’enfant. Cependant, si l’enfant a moins d’un an ou si le salarié assume la charge d’au moins 3 enfants de moins de 16 ans, la durée totale d’absence est portée à 5 jours. Toutefois, une durée plus longue de congé pour enfant malade peut être accordée par la convention collective.

En termes de rémunération, sauf si un accord collectif le prévoit, le congé n’est pas payé. Néanmoins, en Alsace-Moselle, dans certaines conditions les salariés peuvent être rémunérés.

 

LONGUE MALADIE : CONGÉ DE PRÉSENCE PARENTALE

Dans le cas où l’enfant atteint une maladie ou d’un handicap grave ou très contraignant, le salarié peut faire une demande de congé de présence parentale pour une durée maximale de 14 mois, sur 3 ans selon ce qui est nécessaire pour l’enfant. Le salarié doit préciser dès le début la durée prévisible de l’absence. Si elle est supérieure à une demi-année, alors elle sera réévaluée tous les 6 mois et retransmise à l’employeur. La demande doit être remise à l’employeur contre décharge ou envoyée par recommandé au moins 15 jours avant le début du congé et être justifiée par un certificat médical de l’enfant.

Pendant, son absence, le salarié n’est pas rémunéré mais il peut s’adresser à la CAF pour percevoir une allocation journalière de présence parentale. A son retour, il doit être réintégré au même poste ou à un poste équivalent, le contrat de travail n’étant pas rompu.

 

DON DE JOURS DE REPOS

Les salariés souhaitant renoncer à leurs jours de repos au bénéfice d’un autre collègue prenant en charge un enfant malade peuvent effectuer un don. Les jours donnés ne peuvent être cédés que pour la durée excédant 24 jours ouvrables du congé annuel. Dans ce cas, les salariés bénéficiaires, parents de l’enfant malade, ont droit au maintien de leur entière rémunération pendant l’absence.

Tags:

L’actualité

Conseils RH
Allocation de Solidarité Spécifique : comment faciliter le recrutement ? 1 janvier 1970

L’Allocation de Solidarité Spécifique, ou ASS, est une aide versée par Pôle Emploi aux personnes en fin de droit aux allocations chômage ainsi qu’à certaines formations (artistes non salariés, dockers occasionnels et marins pêcheurs) sur une période de 6 mois renouvelable. Son bénéficiaire peut la cumuler avec ses autres sources de revenus jusqu’à un total […]

Conseils RH, Paie pratique
DSN et Attestation Employeur (AED) : la gestion des fins de contrat 1 janvier 1970

L’Attestation Employeur Dématérialisée (AED) permet de déclarer auprès de Pôle Emploi les fins de contrat des salariés. Avec l’arrivée de la DSN, cette déclaration est remplacée par un signalement de la fin du contrat de travail. Voici les étapes à suivre pour bien gérer les fins de contrat en DSN ainsi que les dernières nouveautés […]

Conseils RH
Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2019 1 janvier 1970

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (si c’est le cas). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir. Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et […]