Paie pratique

L’abattement pour frais professionnels dans le BTP

24 janvier 2023 par Aurélie Moinas - Lecture 3 min.
L’abattement pour frais professionnels dans le BTP

Depuis le 1er janvier 2023, le Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale modifie les conditions à remplir pour appliquer une déduction forfaitaire spécifique pour les frais professionnels (ou DFS). Celle-ci devient inapplicable pour certains employeurs.

Les fédérations patronales du secteur du BTP ont pu, toutefois, obtenir la possibilité de réduire l’assiette de cotisations sociales en y appliquant un abattement au titre des frais professionnels engendrés par certains postes occupés sur les chantiers. Cette autorisation implique en contrepartie une baisse du taux d’abattement, jusqu’à sa suppression prévue en 2032.

Abattement des frais professionnels : rappel du dispositif

Il est possible pour les employeurs de certains secteurs d’activité d’appliquer un abattement des frais professionnels sur l’assiette des cotisations de sécurité sociale. Cet abattement peut être d’un taux allant de 5% jusqu’à 40%, dans la limite de 7 600€ par salarié et par année civile.

Avant l’entrée en vigueur du Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale (ou BOSS) le 1er avril 2021, il était admis par l’administration que l’application d’un abattement n’était pas lié au fait que le salarié supporte des frais professionnels. Si la profession était éligible et que l’employeur était autorisé à appliquer la déduction, celle-ci pouvait être mise en œuvre même si :

  • Le salarié ne présentait aucune demande de remboursement de frais professionnels ;
  • L’employeur remboursait intégralement ces frais.

Depuis le 1er avril 2021, le BOSS met fin à cette tolérance et exige désormais que le salarié supporte effectivement des frais lors de son activité pour pouvoir bénéficier de l’abattement. Le recours à une déduction forfaitaire spécifique est ainsi restreint. Cependant, la Direction de la Sécurité sociale a accordé un délai d’adaptation à l’employeur, ne rendant cette nouvelle doctrine du BOSS obligatoire que depuis le 1er janvier 2023.

Modalités assouplies et consentement des salariés

Le BOSS prévoit que depuis le 1er janvier 2023, en l’absence d’accord collectif ou d’accord avec les représentants du personnel autorisant l’employeur à appliquer un abattement, l’entreprise devra s’assurer annuellement, par tout moyen, du consentement de chacun de ses salariés à la mise en place de la déduction. Le silence du salarié vaudra accord s’il ne répond pas à la consultation organisée par l’employeur.

Il a toutefois été précisé que, dans le secteur du BTP, il n’est pas obligatoire pour l’employeur de renouveler sa demande au salarié à se voir appliquer la déduction si son consentement a déjà été recueilli pour la période antérieure à la période transitoire (soit avant le 1er janvier 2023).

Depuis le 1er janvier 2023, il est également considéré, par tolérance, que si un salarié récemment embauché ne répond pas à la consultation de l’employeur concernant l’application de la DFS, son silence vaudra accord pour l’ensemble de la période transitoire.

Simplifiez la gestion des frais professionnels
de vos salariés  : Contactez-nous

Impact sur l’application de l’abattement dans le BTP

Fortement impacté par cette réforme, le secteur du BTP s’est mobilisé pour éviter un changement trop abrupt en sortant du dispositif au 1er janvier 2023.

Pour cela, trois fédérations patronales ont proposé au Ministère de l’Économie, en mars 2022, le maintien des conditions d’applications anciennement en vigueur de la DFS pour une période transitoire de 10 ans, en contrepartie d’une baisse progressive du taux de la déduction forfaitaire spécifique en application dans le secteur du BTP.

Ainsi, le secteur du bâtiment est autorisé à continuer d’appliquer cette DFS entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2031, à condition de respecter les modalités suivantes :

  • Lors des contrôles réalisés sur les entreprises et les caisses de congés payés, il sera admis de continuer d’appliquer l’abattement même en l’absence de frais professionnels effectivement engagés par les salariés (notamment sur des éléments de rémunération versés au titre d’une période de congés) ;
  • Les employeurs peuvent cumuler la DFS et les remboursements de frais professionnels afin d’encourager la mise en place de ces remboursement dans l’option de la suppression de l’abattement.

Actuellement, le taux d’abattement dans le BTP est de 10%. Celui-ci sera réduit chaque année d’un point au 1er janvier 2024 et jusqu’au 1er janvier 2030, pour ensuite être réduit d’un point et demi en 2031 et 2032. Le taux suivra alors l’évolution indiquée dans le tableau suivant :


Date d’application Taux
1er janvier 2023 10%
1er janvier 2024 9%
1er janvier 2025 8%
1er janvier 2026 7%
1er janvier 2027 6%
1er janvier 2027 5%
1er janvier 2028 4%
1er janvier 2029 3%
1er janvier 2030 1,5%
1er janvier 2031 0%

Ainsi, en 2032, plus aucun abattement forfaitaire pour frais professionnels ne pourra être réalisés sur le bulletin de paie des salariés du BTP, et l’assiette de calcul des cotisations sociales sera par conséquent égale à la totalité de l’assiette brute.

Sur le même sujet

Télétravail : prise en charge des frais professionnels
Paie pratique
Télétravail : prise en charge des frais professionnels 7 février 2023

Tout comme lorsqu’il est présent sur son lieu de travail, un salarié placé en télétravail engendre des frais pour l’employeur. La nature de ses frais peut concerner l’achat de matériel, l’aménagement d’un poste, l’utilisation de consommables, etc… Ces coûts peuvent être pris en charge au titre des frais professionnels. Le Bulletin officiel de la Sécurité […]

Mi-temps thérapeutique : l'essentiel à savoir
Paie pratique
Mi-temps thérapeutique : l’essentiel à savoir 2 février 2023

Un salarié victime d’accident ou en arrêt maladie peut envisager de reprendre progressivement son activité professionnelle. Il peut alors, d’un commun accord avec son employeur, reprendre le travail à mi-temps temporairement. On parle alors de mi-temps thérapeutique. La déclaration de ces mi-temps thérapeutiques devait initialement entrer en application en septembre 2022, pour finalement être reportée. […]

Coronavirus : arrêt de travail sous conditions
Paie pratique
Coronavirus : arrêt de travail sous conditions 30 janvier 2023

Le coronavirus persiste et continue d’obliger les entreprises à redoubler de prudence. Un salarié peut alors être écarté et contraint de rester à son domicile. Dans certains cas, le salarié ne peut alors ni se rendre à son lieu de travail, ni télétravailler. Est-il alors possible de prescrire un arrêt de travail pour cause de […]

FacebookTwitterLinkedInEmail